la feuille volante

Interwiew Dossier presse

download.jpg

 Tronche de plume       Interview réalisée par Christine Kaehlin

Nom GAUTIER
Prénom Hervé
Née le 10 juin 1947
A La Rochelle

Signes particuliers : Pas de signe particulier.

Diriez-vous que l'écriture est une passion, un passe-temps... autre ?

C'est une nécessité aussi grande que celle de respirer.

D'où vient cette passion d'écrire ?

Elle vient surement de l'enfance. Actuellement, je lui dois d'être encore en vie après le décès de mes deux enfants. C'est à l'écriture que je dois de pouvoir supporter la vie.

Quand et dans quelles circonstances avez-vous débuté ? Racontez-moi comment vous êtes devenu écrivain ?

Je ne saurais le dire. Probablement au contact des textes bien écrits par de bons auteurs et à l'envie de les imiter. J'aime beaucoup la langue française et je m'efforce de la servir par un usage correct.

Quel est votre écrivain préféré ?

J'aime beaucoup lire et la liste est longue de ceux qui ont retenu mon attention et mon intérêt. Puisque la question est formulée au singulier, je mentionnerai Émile Zola pour la qualité de son style, la précision de ses descriptions...

Comment trouvez-vous le sujet d'un livre ?

Souvent par hasard, quand une chose,une personne ou un événement m'émeuvent.

Combien de temps mettez-vous pour écrire un livre ?

Longtemps. Je suis un laborieux, un besogneux et j'ai l'habitude de parler de moi non comme un écrivain mais comme un écrivassier . J'assume pleinement le côté péjoratif de ce mot. Je m'y reprends souvent à plusieurs fois pour écrire, je gomme beaucoup,et une phrase doit bien sonner à mon oreille avant d'être considérée comme définitive. En outre, certains ouvrages demandent de la recherche.

Vous sentez-vous doué ? :
Non.

Pensez-vous avoir votre propre style ?

Je ne sais pas. Ceux qui ont lu mes livres s'accordent à dire qu'ils sont bien écrits, d'une manière originale. Cela me flatte.

Pensez-vous pouvoir vous libérer de ce genre ?

J'espère que non. Je souhaite au contraire le cultiver jusqu'à la fin de ma vie mais je sais que l'inspiration et l'envie d'écrire sont fluctuantes et peuvent parfaitement m'abandonner du jour au lendemain.

Qu'explorez-vous de livre en livre ?

Surtout la psychologie des personnages, leur parcours intérieur, leur personnalité ...Créer un personnage est un exercice qui me plaît. Je lui accorde toujours beaucoup d'importance, je respecte sa liberté d'action à l'intérieur d'un roman. Cela fonctionne plutôt bien à chaque fois et je suis toujours étonné du résultat par rapport à mon idée de départ. Dans ce que j'écris, même quand ce sont des romans policiers (ou plus exactement des romans à énigme), il n'y a ni violence ni sang. C'est là un parti-pris.

Que représente pour vous le thème abordé dans vos livre?

C'est souvent le  résultat d'une interrogation personnelle, le plaisir de développer une idée... Dans la série qui met en scène le commissaire Martineau, il s'agit de romans à énigme ( et non de polars), écrits comme des romans et qui, en principe ont pour décor la ville de Niort ( Deux-Sèvres). En plus de la fiction, j'y mets un peu d'histoire, de géographie locales, de légendes aussi puisque le Poitou est une terre qui s'y prête. C'est une occasion pour moi d'inviter le lecteur à revisiter des lieux qu'il connaît...

Pourquoi vous intéressez-vous au personnage principal ?

Parce que, souvent, j'ai quelque parenté avec lui, mais il se peut aussi qu'il soit fondamentalement différent de moi et qu'il dise ou fasse des choses que je n'oserais pas moi-même. Où commence la liberté du personnage et où s'arrête l'action du « créateur littéraire » ? C'est toujours une question qui me passionne.
Dans cette série de romans (une douzaine à paraître, peut-être ?) qui met en scène le commissaire Martineau, j'ai l'habitude de le rencontrer à la fin de chaque récit et je relate cela dans une sorte de fable annexe. Je tiens beaucoup à ce petit supplément de fiction...

Avez-vous inventé un personnage pour raconter votre histoire ? Si oui, pourquoi ce personnage ?

Le commissaire Martineau, dont j'explore l'univers, reviendra dans de nombreux romans. Je l'ai complètement inventé, pourtant son histoire personnelle se tisse petit à petit pour le lecteur qui veut bien lui accorder son attention. C'est un personnage à la fois marginal, atypique qui roule en 4 L et parle à son chat . Pour moi cependant, il est attachant. Il m'échappe parfois et au cours de nos « rencontres », il reste énigmatique, mais je l'aime bien.

Quel est pour vous le rôle de la littérature ?

Elle instruit, distrait, dépayse le lecteur. D'une manière générale, la lecture et donc la littérature ont, dans la société dans laquelle nous vivons un rôle essentiel qui est celui de procurer au lecteur un agréable moment.

Quel est pour vous le rôle de l'écrivain ?

Je pense qu'il doit procurer à son lecteur un bon moment de lecture. Bien écrire est, pour l'écrivain, la marque du respect qu'il doit porter à son lecteur.

Écrivain, diriez-vous que c'est un métier manuel ?

Oui, sans aucun doute. Se battre avec les mots, façonner les phrase... Cela représente un artisanat .

Quand vous écrivez, décrivez-vous l'histoire que vous racontez au même rythme que votre lecteur ? En contradiction avec le fait d'avoir avant l'écriture déjà un schéma, une architecture, une chute ...

C'est peut-être étonnant, mais j'ai souvent noté que l'histoire que je raconte évolue au fur et à mesure que je l'écris. Je suis souvent surpris moi-même du résultat qui bien souvent diffère de ce que j'ai prévu au départ. Cela tient probablement à l'inspiration. Cela peut paraître contradictoire, mais, à certains moments, j'ai vraiment le sentiment de ne plus être « maître du jeu » bien que ce soit moi qui tienne la plume. Je suis toujours passionné par ces moments où les personnages semblent faire usage d'une liberté personnelle et me « dicter » leur conduite, leur manière de voir les choses. C'est comme cela que je comprends le mot de Rimbaud « Je est un autre ». Cela permet au moins de relativiser la supposée « valeur » ou le talent de l'auteur ! Cette remarque ne vaut évidemment que pour moi !

Combien avez-vous écrit de livres !

J'ai, dans mes tiroirs, nombres de tapuscrits ( romans, sagas, romans à énigme, poèmes, nouvelles...) Ils ont été écrits pour moi et au rythme de mes envies sans réelle volonté d'édition. Seuls deux recueils de poèmes et deux romans à énigme ont été publiés à ce jour.

Pensez-vous changer de genre ?

Non. Je souhaite simplement améliorer ma manière d'écrire. Il y aura cependant toujours une différence entre les poèmes, les nouvelles, les sagas et les romans à énigme.

Que pensez-vous de mes questions ?

Elles sont pertinentes.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

J'espère que j'apporte quelque chose à mes lecteurs.
J'ajoute que, puisque la question m'est souvent posée, que j'écris exclusivement la nuit et que, si je néglige de me lever à l'appel de l'inspiration, ce qu'elle pouvait me souffler est définitivement perdu. Je réponds donc volontiers à cet appel.
Je voudrais également souligner l'importance de la lecture ( de préférence les bons auteurs et il n'en manque pas ) dans le processus d'écriture. La lecture des autres nourrit ma propre démarche d'écriture et ce n'est pas quelque chose que je néglige parce qu'un moment de lecture doit être avant tout un plaisir.[Je suis, et ce depuis 31 ans cette année, le rédacteur d'une revue, « la feuille volante » (hervegautier.e-monsite.com) qui paraît sur internet et partiellement sur le site de l'ATSCAF 79 (Rubrique « Chronique » ) et qui rend compte des romans que j'ai lus.]

  • 2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires

  • Fabienne
    Je m'excuse le Maitre DJOGBE FIFA d'avoir faire ce que tu m'as refuser, faut juste comprendre que c'est l'émotion qui m’anime à s'exprimer sur des réseaux sociaux car je n'arrive pas croire qu'il existe encore de vrai marabout au BENIN comme d'habitude j'appelle le BENIN pays des voleurs (lol...). Mais tu m'as prouver que les moutons se promènent ensemble mais ils n'ont pas les mème prix, vraiment tu as l'objet le plus valoriser du pays.
    Mon nom c'est Fabienne âgée de 37ans. Après avoir partager mes fortunes avec les faux marabouts du BENIN, j'ai pris contacte avec le maitre DJOGBE FIFA le 25 Avril passé toujours dans le but de récupérer François mon ex (mon actuel mari....rire!!!).

    Vous avez après la naissance de mon petit Carlos le 11 Novembre passé les problème ont commencer avec son père François jusqu'à ce qu'il à demander le divorce contre tenir de l'amour que j'ai pour François je retarde la signature des papier de divorce, une fois je repecte que j'ai partager mes fortunes avec les faux marabouts du bénin mais lorsque j'ai contacter Maitre DJOGBE FIFA mon premier message était ceci ( bonjour monsieur pouvez vous m'aider à récupérer mon ex?? mais de grâce je paye après satisfaction) comme réponse le maitre me disais qu'il vas juste me faire la première partie des rituels gratuit et mon mari va l’appelé au téléphone puffff je n'avais pas cru mais finalement j'ai reçu six appelle de François et le lendemain j'ai payer la deuxième partie des rituels afin de récupérer FRANCOIS. je profite de cette occasion pour remercier DAGBEGNON et faire comprendre aux personnes ayant problème de retour affectif de contacter uniquement maitre DJOGBE FIFA il m'a dit qu'il est fort dans la protection; chance pour attirer la clientèle; chance pour gagner aux jeux de loto mais moi je n’atteste pas ça trop car j'ai juste confirmer le retour affectif qu'il m'a faire alors en cas de besoin veuillez le contacter en lui envoyant de messages : travailocculteprofetionnel@gmail.com Ou directement a son whatsapp +229 9980 3173
    Vous pouvez aussi vous rendre directement sur son site web ou je l'ai connue : https://www.travauxoccultes-retouraffectif.com/
    A Bientôt

Ajouter un commentaire