la feuille volante

Le petit monde de Don Camillo

 

La Feuille Volante n° 1365 Juillet 2019.

 

Le petit monde de Don CamilloGiovani Guareschi – Éditions du Seuil.

Traduit de l’italien par Gennie Lucioni.

 

Parler d’un roman qui a fait l’objet d’une adaptation cinématographique et qui a enchanté plusieurs générations n’a rien d’original. Fernandel (Don Camillo) le curé du Brescello, un village de la plaine du Pô et Gino Cervi (Pepone), son maire communiste, ces deux personnages hauts en couleur, vont animer la vie publique de cette période de l’immédiate après-guerre dans ce petit coin perdu d’Italie. Cela dépasse la traditionnelle opposition entre le clergé et les laïcs, la droite et la gauche, le parti dit du progrès et celui de la réaction parce que l’amitié de Pepone et Don Camillo remonte à la guerre, au maquis, sans qu’on sache très bien contre qui ils se battaient, les fascistes ou les alliés, mais peu importe. Don Camillo n’est pas un chef politique, n’est pas membre de l’opposition municipale mais se consacre à ses ouailles, de préférence de droite mais n’oublie jamais de s’occuper de tous les pauvres et de fustiger l’égoïsme des riches sur qui il fait peser sa férule, tout comme le maire fait marcher ses troupes à la baguette. C’est un jeu de pouvoir et quand les « rouges » s’en prennent à lui publiquement, il n’hésite pas à faire le coup de poing. Pourtant, s’il arrive à nos deux compères d’en venir aux mains, mais uniquement à huis clos, c’est toujours dans les règles et sans haine car les comptes se règlent ainsi entre eux, quand ce n’est pas avec des mots, à l’abri des regards, dans la cuisine de Pepone ou dans le presbytère, mais ils restent amis quoi qu’il en soit. Si l’un d’eux est dans la difficulté, l’autre s’empresse de venir l’aider, mais toujours discrètement et souvent de nuit et si les « rouges » bouffent en permanence du curé et boudent l’office, ils viennent en groupe et nuitamment à l’église pour faire leur dévotions. Ils y a bien quelques petits « coups bas » mais le plus étonnant c’est que dans ce village où tout le monde se connaît, il n’y a jamais de témoins pour les constater, mais personne n’est dupe. On fustige publiquement Moscou et le pape, mais en sous-main on s’entraide et il serait inconcevable qu’il en fût autrement. Pepone fait ce qu’il veut dans sa commune et le Parti est loin, mais Don Camillo est surveillé en permanence par le Christ du Maître-autel avec qui il converse volontiers et qui lui rappelle, souvent avec humour, les préceptes de l’Évangile que la mauvaise foi chronique de son ministre lui fait trop souvent oublier. C’est un peu la voix de sa conscience qu’il cherche malicieusement à contourner mais toujours avec respect et soumission parce que le curé n’oublie jamais son devoir d’obéissance. Tout est permis, les coups de bâton comme les petites avanies et c’est plus facile pour Don Camillo qui est instruit de se moquer du maire qui a boudé l’école mais quand il s’agit de l’aider à passer son certificat d’études, le curé est là pour le secourir... mais sans oublier l’intérêt de la paroisse ni les réparations indispensables pour le clocher de l’église. Comme partout, si les hommes s’occupent de politique, les femmes, surtout en Italie, se tournent vers Dieu et Don Camillo a là des alliées qu’incarne l’épouse de Pepone. Bien sûr ce dernier donne publiquement de la voix et se fait respecter par ses troupes, mais c’est souvent l’épouse qui a le dernier mot et impose ses vues à ce mari un peu retors. Bien sûr tout cela n’est pas exempt de message politique, l’auteur cherchant à tourner en dérision de poids du parti communiste. L’air de rien, et même si tout cela est un peu exagéré, c’est l’image qui est donnée est celle de l‘espèce humaine, capable du pire comme du meilleur, mais ici, scénario et aussi ambiance dédiée au rire obligent, on choisit le meilleur, le plus cocasse, le plus aimable.

Ce roman, qui sera suivi de beaucoup d’autres, toujours consacrés à Don Camillo et à Pepone qui verront leurs aventures les porter parfois au dehors de ce petit village mais toujours y revenir par attachement mais aussi par nostalgie, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique de Julien Duvivier au succès jamais démenti. L’image de Don Camillo est à ce point attaché à la personne de Gino Cervi et surtout de Fernandel que les tournages suivants qui se sont faits sans eux n’ont pas eu le succès escompté, les spectateurs ne reconnaissant pas leurs acteurs favoris, que des pastiches ont été menés, par Fernandel lui-même dans « le mouton à cinq pattes », que des campagnes publicitaires, notamment pour les pâtes, ont crée le personnage de « Don Patillo » qui évoquait l’ombre du comédien déjà disparu et l’ont ressuscité. Le pape François l’ a même cité en exemple, prenant comme modèle ce brave curé de campagne qui n’est qu’un personnage de fiction. La ville de Brescello a immortalisé ces deux citoyens emblématiques en les statufiant en bronze, l’un à la porte de la mairie, l’autre sur le parvis de l’église. Peut-on imaginer plus belle consécration ?

A titre personnel, je dois dire que, même aujourd’hui où les comiques abondent, Fernandel reste quelqu’un qui, par son physique et son jeu d’acteur, m’a toujours fait rire.

©Hervé Gautier.http:// hervegautier.e-monsite.com

 

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire