la feuille volante

Casimiro Rolex

N° 1424 - Janvier 2020.

Casimiro Rolex - Franco di Mare - Éditions Cairo

 

Cette histoire se déroule à Naples, une ville mythique où, dit-on, on peut être vivant le matin et mort le soir. Elle parle Casimiro Loconto, plus connu sous le nom de "Casimiro Rolex" qui, avec son ami Gennaro et son scooter vole les montres de luxe aux touristes. C'est un napolitain, un minable voleur mais qui vit une existence amère, à la limite du crime et de la survivance, entre le bien et le mal, entre la vie et la mort. Il ne peut changer pour un travail plus rentable et régulier parce que la "saison" des Rolex ne dure que l'été. Il ne reste plus que les vieux et les retraités, mais ce n'est pas intéressant. Il ne peut pas non plus devenir comme ce voleur de Tonino'o Zar qui se ballade en Mercedes avec une femme merveilleuse.

Avec son frère Tonino qui a fait tous les métiers mais qui est actuellement au chômage, ils ont décidé de devenir voleurs de sacs et de valises dans les trains et particulièrement dans le " Naples-Milan". Mais tout n'est pas aussi simple et il y rencontrent des hommes encore plus tordus qu'eux et ils doivent bien se rendre à l'évidence que l'équipe de petits truands qu'ils font ensemble n'est pas très efficace. Casimiro est un peu vantard et même carrément bluffeur pour ne pas perdre la face devant son frère et devant les autres, mais il est vraiment un scélérat. Ces deux compères réussissent à cacher la réalité, inventant une histoire extraordinaire où ils ont eu un comportement de héros, Rien que cela! Mais Casimiro est marié et il aime sa femme et sa famille, cherchant pour eux le meilleur. Pour autant c'est un pauvre malchanceux et à la fin les choses ne vont pas à son avantage. Le métier qu'ils ont choisi est dangereux parce que, à force de jouer avec le feu on finit par se brûler.

C'est le troisième roman de cet auteur, mais nous sommes encore loin de l'atmosphère de Bauci, cette petite cité imaginaire de la côte Amalfitaine que l'auteur met en scène dans ses livres suivants.

J'ai lu avec plaisir ce petit roman en italien parce que, à ma connaissance il n'y a pas de traduction française mais aussi parce que c'est une belle langue.

 

©Hervé Gautier http:// hervegautier.e-monsite.com.

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×